La ronde des Marcassins connaît depuis plus de deux décennies un succès sans cesse croissant grâce au travail acharné des organisateurs, à l’implication des bénévoles, à la richesse de l’environnement dont découle la grande qualité des parcours, aux partenaires qui nous soutiennent (commune de Tournehem, région, département, CASO, sponsors privés…) et nous font confiance (organismes verts, propriétaires privés …). Cette croissance s’est accélérée au point d’atteindre des chiffres qui donnent le vertige : plus de 4000 amoureux de la nature, du VTT ou de la marche, se sont donnés rendez-vous à Tournehem en 2014 .… Revers de la médaille, cette affluence est aujourd’hui notre principal souci.

Le club des Marcassins est une petite association au regard de l’ampleur de sa manifestation. Une trentaine de membres qui génèrent, de plus en plus difficilement, une centaine de bénévoles. En comparaison, une randonnée comme le Roch des monts d’ Arrée, auquel nous avons participé en 2014, est organisée par 4 clubs et compte près de 400 bénévoles pour un nombre de participants assez similaire. Un grave accident lors de notre édition 2014 aura servi de brutal avertissement : nous ne sommes pas des professionnels et ne sommes plus dimensionnés pour encadrer sereinement l’incroyable affluence du traditionnel lundi de Pentecôte.

De plus, il est aujourd’hui bien compliqué de trouver des gens habités de la volonté de s’investir dans une association. Les temps sont durs et la crise, la pression du travail, les problèmes du quotidien ou les habitudes de consommateur poussent à vouloir profiter plus qu’à participer à une organisation aussi chronophage. Par conséquent, le très long et très lourd travail de préparation (près de huit mois en 2014), repose sur un nombre de plus en plus restreint de bénévoles dont l’énergie a des limites, qui endossent une responsabilité et supportent des risques toujours plus importants chaque année.

Enfin, nous avons reçu, pour la première fois en 23 ans, une mise en garde de la sous-préfecture soulignant l’ impact de la ronde et de ses 4000 participants sur l’environnement et nous prévenant d’une surveillance accrue à l’avenir. Bien sûr, nous sommes conscients que nos randonneurs représentent une foule impressionnante et que tout n’est pas parfait, nous ne sommes pas des professionnels… Cependant nous soulignons nos efforts pour le nettoyage des chemins avant et après la ronde, le fait que les participants n’empruntent que des chemins et ne font en aucun cas du hors piste, qu’il s’agit de vélos, mode de déplacement vert s’il en est, que les vététistes et marcheurs qui se déplacent sur des randonnées telles que la nôtre sont des citoyens que la passion amène à l’amour et au respect de la nature plutôt qu’au désintérêt et à la négligence.

Chaque année, des randonnées disparaissent. Chacune de ces disparitions est un crève-coeur tant ces rendez-vous dominicaux participent à la dynamique de notre région. Nous ne voulons surtout pas que cela nous arrive mais il nous faut pour cela impérativement diminuer drastiquement le nombre de participants pour rendre l’événement moins lourd à préparer et moins difficile à encadrer tout en limitant son impact écologique. Le faire brutalement d’une année sur l’autre semble difficile. Par conséquent, nous avons pris la difficile décision de faire une année blanche afin de nous donner le temps de trouver des solutions et un nouveau format pour la ronde 2016, avec le soutien de nos partenaires.