Métaquoi ?

Métabief est une station ski/vtt à 7h de route de chez nous. Elle offre des pistes de descente VTT de tout niveau très reconnues mais aussi des kilomètres de pistes balisées ou non, plus ou moins techniques et physiques pour randonner sur deux roues à crampons entre 800m et 1500m d’altitude. De nombreux bouclards proposent leurs services et des locations de vélos en tout genre (DH, randos, routes). Une série de jets d’eau permettent de laver la machine et son pilote au pied des pistes. L’endroit et magnifique et regorgent de sorties pour toute la famille, des activités et visites (Les piscines, le Tennis et l’accrobranche à Métabief, les plages et activités nautiques du lac St Point, la source et le saut du Doubs, la source et les gorges de la Loue qui se descend en Kayak, les villes de Besançon, Pontarlier les villages comme les Fourgs ou Ornan … ), sans oublier la gastronomie locale (restos sur metabief, dans de nombreux chalets de montagne comme la Boissaude et sa tarte aux mirtilles ou autour du lac). J’y vais une à trois semaines depuis plusieurs années et j’y retournerai encore, j’adore.

 

Le terrain.

 

L’office du tourisme propose à 4€ une carte indispensable des environs de Métabief qui regrouppe les différents tracés VTT balisés et numérotés, dont la grande traversée du Jura (GTJ) . On peut alors combiner les différentes boucles entre elles ou partir à l’aventure au petit bonheur la chance. Il faut tout de même un certain niveau pour rouler ici, surtout si le temps est humide. L’endroit est roulable en semi-rigide avec un peu de technique, mais mon Epic s’y sent comme chez lui et permet de passer avec sérénité, aussi bien en montée qu’en descente, les nids de cailloux, les rochers ou les racines qu’on rencontre régulièrement. Les sols rencontrés sont très variés : chemins roulants, cassants, des pierriers, du gravier, des prairies, des rochers, des racines, de la bouillasse, des chemins larges, des singles… Les portages sont rares. Pour le d+, il faut compter environ 1000m tous les 30km.

Pour ce qui est des descentes pures, de celles qu’on remonte en télésiège, mon humble niveau et mon tout mou de 100mm me permettent d’être à l’aise sur la familiale, de descendre correctement la piste bleu et de trembler sur la rouge (en faisant certains passages à pied). Et encore, c’était vrai l’année dernière, dans des conditions sèches. Les pistes rouges et noires nécessitent des montures de DH, des casques intégrales et la plupart des pilotes arborent des protections impressionnantes à la Dark Vador. Il y a aussi des pistes de freeride de fous furieux, je les ferais bien mais j’ai mal là aujourd’hui 😉

 

Cette année.

 

 

En mai tous les métérologues étaient unanimes : l’été sera chaud et sec … Mouais. Il a plu presque toutes les nuits jusqu’à 10-11h du matin. Les après-midi ont été au pire nuageuses, au mieux plutôt ensoleillées. Du coup, j’ai roulé au sec mais les roues dans la mer…. Pas besoin de thalasso cette année. Heureusement, le magasin Hermel m’avait prété une paire de pneus de chez Spé adaptés à cette situation qui me permetteront de m’éclater quand même : un Storm 2.0 pour l’arrière et un Enduro 2.2 pour l’avant. Ma moyenne oscille entre 11km/h et 14km/h pour des randos allant de 20km à 50km. Dix sorties en 15jours, soit envion 300km et 10000m de d+. Quand c’est sec, la moyenne augmente de 3 ou 4 km/h

 

 

 

 

 

Pas de descente cette année. Même la la piste familiale est difficilement pratiquable à certains endroits pour moi, recouverte qu’elle est d’une couche conséquente de boue. Evidemment ça ne gêne pas les locaux et leurs gros vélos montés sur des 2.5 ultra cramponnés mais moi je ne m’y risquerai pas cette année. Le gag des vacances : le village est en RESTRICTION D’EAU et Il faudra tout nettoyer avec une bassine et une éponge toute la première semaine !

 

 

 

 

Les Fourgs.

 

 

Au départ de la place du petit village des Fourgs, près du pittoresque clocher, on part en suivant le GTJ puis en comninant deux circuits balisés, les no (bleu) et (rouge). C’est une bonne rando pour commencer la semaine. Plutôt roulante, peu technique et pas trop physique.

Après quelques kilométres sur une petite route campagnarde, on emprunte de larges chemins pierreux et on traverse des sous-bois et des priairies. C’est beau, calme, dépaysant et ça met en confiance pour le reste de la semaine.

A noter qu’on peut se rendre aux Fourgs depuis Métabief en suivant 15km d’une portion roulante du GTJ, ce qui rallonge cette rando du double évidemment. Un rando, la Sarazine, est organisée ici chaque année au mois d’août et oscille entre la France et la Suisse.

 

 

 

 

 

 

 

Le tour du château de Joux.

28km et 750m de d+

Le circuit, balisé rouge No 80, est somptueux. On démarre du Château. Après avoir traversé un paturage terminé en longue descente assez technique, on trouve un single en lègère montée puis une franche ascension sur un chemin large et pierreux. Il faut ensuite franchir une série de raidillons, descentes courtes et faux plats boueux, pierreux et jonchés de racines pour rejoindre Oye et Pallet, à grande vitesse après une longue descente peu technique, au bord du lac St Point. On remonte ensuite dans la forêt pour trouver un single assez technique qui nous ramène à Pontarlier. De là, on longe le Doubs sur un chemin qui se transforme peu à peu en single magnifique qui longe la rivière dont on aperçoit le ruban de plus en plus étroit en contre bas au fur et à mesure que l’on grimpe puis qu’on rejoint dans une descente impressionnante, d’autant plus que la piste est étroite et glissante. On longe encore un peu le Doubs puis on termine le parcours en remontant au château. entre 1H30 et 14h 45 de bonheur.

 

 

 

 

 

Le tour du lac St Point.

30km. 1100M de d+

Garé sur un parking à une extrémité du lac, on emprunte différentes pistes balisées. D’abord une «petite» grimpette gravilloneuse sur la No 8 puis on rejoint la No 6 dans la forêt entre St Maxime et le lac. Après un passage en prairie avec vue imprenable sur le lac on rejoint le circuit No 7 et ses descentes très raides rendues glissantes par la météo qui nous conduit à Montpérreux. De là, on emprunte une partie du circuit du château de Joux pour passer sur l’autre rive et rejoindre par une liaison le circuit balisé no 11 après un petit portage. 12 km de single en sous-bois. C’est très technique et physique. On alterne des passages virevoltants entre les arbres, les racines et les rochers, de courtes montées très raides et pierreuses, des épingles surprises et de rares portions plus roulantes, le tout avec une bonne dose de boue et de glissades. Retour au parking après presque 3h, recouvert d’un épaisse couche brunâtre.

 

 

 

 

 

De Métabief à la source du Doubs par les crêtes et le GTJ.

40km. 1500M de d+.

 

 

Au départ de la grande place de métabief, on commence par grimper vers le Morond. 450 m de d+ à 10% de moyenne. On peut passer par une petite route bitumée ou emprunter une partie de la descente familiale, à contre sens. Une fois en haut, après avoir contemplé le panorama, on suit le chemin des crêtes qui serpente du Morond au Mont d’or alternant grosses descentes et belles montées, passages techniques et autres roulants. Le paysage est de toute beauté. Du parking du Mont d’or on commence une longue descente très ludique à travers les prairies etses vaches puis la forêt, tout en single. On croise quelques chalets-restos comme la Boissaude où on peut faire une petite pause gourmande ou revenir plus tard en famille. On emprunte ensuite le GR5 puis le GTJ sur des terrains très variés jusqu’aux sources du Doubs, un très jolie cascade qui sort de la montagne et s’écoule en un petit torrent aux abords aménagés idéals pour le picnic. Ensuite on reprend le GTJ pour le retour vers Métabief sur une partie un peu plus roulante mais toujours agréable qui emprunte pour enfin rentrer au bercail le final de la descente familiale, 4h après le départ. Il est possible de couper 15km de cette ballade en rentrant directement sur Métabief en suivant le Circuit No 77 au lieu de reprendre le GR5

 

 

Bien d’autres

 

Il y a une multitude de possibilités pour rouler autour de Métabief. Le GTJ (grande traversée du Jura) qui traverse le village est entourée d’un grands nombre de parcours balisés, Ornans où se déroule l’Xtrême sur Loue est à deux pas, La ville de besançon à 1h de route regorge de trésor… Une destination immanquable !

Près du Mont d’or

 

 

 

Liens utiles

 

– Rendez-vous dans la rubrique Traces

Office du tourisme .

Autres traces dans la région