Anonyme
Inactif
Nombre d'articles : 263

à mon tour

Comme le dit l’excellent Juan : « le paysage certes bosselé n’annonce pas quelque chose de vertigineux . Souvenez-vous de Bouillon et de son paysage , là c’était plutôt clair … »
ça résume parfaitement la configuration des lieux: quand on arrive vers Caen, c’est plat comme la Beauce et si on s’aventure de 10km au sud, on tombe littéralement dans des tranchées au fond desquelles coule une rivière, des trous, des falaises, des monts, des « pains de sucre » comme le bien nommé mont du même nom que nous avons gravi avec tant de difficulté.

On appelle ça « la suisse normande »
Vous voulez 2800 m de D+ ? Pas de problème , on vous en sert en veux-tu en voilà!

Arrivé avec Christophe samedi en fin de journée, les premiers villages sur Orne sont traversés après d’ interminables descentes qui font rougir les freins de la vénérable automobile deux fois centenaire, un peu tremblotante mais toujours vaillante , propriété de mon célèbre compagnon de route.

Louons ici les efforts du merveilleux pilote-président qui a spécialement nettoyé l’antique véhicule à moteur diesel en mon honneur pour le rendre accueillant, ce qui a occasionné une hausse brutale des taxes locales de ramassage des poubelles du district de Coulogne et provoqué l’ire des habitants qui ont demandé la démission en bloc du conseil municipal. 😀 😀

Les environs d’Amayé-sur-Orne sont charmants, avec de belles et grandes demeures nichées un peu partout. Le gite où crèchent Jean, Quentin, David, Sophie et ses enfants est tout simplement somptueux, et l’auberge de Brie où nous dinons le soir digne des grands restaurants.

Quant à Tof et moi même, nous partageons le luxe inouï d’une suite située dans un splendide Ibis-Budget à 12 km du départ de la rando 🙂
En tout cas l’accueil d’un sympathique sosie de Mouss Diouf et son petit déjeuner servi à 6h30 au lieu des 7h30 réglementaires est bien copieux et nous prenons la route à bord de l’aimable titine à peine gênée par la rosée du matin.

La météo est avec nous et malgré quelques passages nuageux, le soleil et le terrain bien sec seront de mise toute la journée pour notre plus grand plaisir.

Le site du départ est taille XXL, ça sent le professionnalisme à plein nez. Les randonneurs se préparent, le speaker a la même voix que Daniel Mangeas, on se croirait sur le tour de France !
Je retire ma plaque et comme je me suis inscrit en ligne à la différence de certains dont je tairai le nom 😉 , je dispose d’une puce électronique qui va me permettre d’être chronométré et de figurer au classement de la rando: http://www.xtremvtt-normandie.fr/images/documents/Resultats2013.pdf

le départ du Raid 100-marathon est donné pile à l’heure : Didier, David, Tof, Jérome, Thierry et moi-même nous élançons à la suite des pro que nous laissons partir afin de leur laisser une chance de décrocher une place d’honneur. Nous serons rejoints par Benjamin vers le km 20.
Jean et Quentin partent sur le Raid 65, interdit aux moins de 15 ans de part sa difficulté et son énorme D+ , bravo Mister Juan !! 😆

Les premiers tours de roues s’effectuent sous un nuage de poussière soulevé par le peloton , traversé de rais lumineux en plein face qui nous aveuglent rendent la lecture du terrain hasardeuse.
Il est remarquable de noter le niveau général puisque nous ne remontons que peu de monde, ça va envoyer très dur…. 😯

A un moment je perds un verre des mes lunettes , ce qui occasionne un léger ralentissement de notre petit groupe, le temps nécessaire (environ 30 secondes chrono) pour le retrouver, Didier se plonge dans la lecture d’un journal sorti de nulle part en m’attendant au bord du chemin, ça casse bien, merci et bonjour les vannes de collégiens !! :mrgreen:
[attachment=0:19ajk3kz]XtremRaid Suisse Normand-00011.jpg[/attachment:19ajk3kz]
Photo by David, merci à lui 😉

Les montées très raides se succèdent à un rythme soutenu, peu de plat et peu de récup pour entamer des descentes de fou dans des singles hyper raides bien placés dans les bois. J’atteins vite ma limite technique en descente donc j’y vais prudemment pour m’épargner toute chute.
Ma forme physique du moment me permet de monter à un bon rythme en reprenant un peu du terrain perdu en descente 😎

Didier me gratifie d’un cours de descente qui me remet en selle et en confiance et me permet d’aborder la deuxième partie du parcours avec plus de sérénité, merci maestro!

David est impérial techniquement comme à son habitude, jamais avare d’un compliment à l’adresse des bénévoles qui nous accueillent.
Christophe est bon dans tous les compartiments du jeu: rapide et fort en montée, hyper bon en technique de descente. assurément il nous a fait son plus grand numéro.
Didier déploie toute sa classe et son bagage technique lié à son expérience du très haut niveau. Nous seulement il est fort mais il arrive à donner des conseils de technique et de gestion de l’effort à n’importe quel moment…

Les paysages sont magnifiques et on regrette de ne pas se donner le temps de les admirer plus longtemps

La fin de la rando s’effectue en mode sprint dans les montées dans l’euphorie d’avoir participé à un truc exceptionnel. :mrgreen:
Pas de bobo, quelques frayeurs mais rien de méchant, aucune grave défaillance.

à l’arrivée on passe sous la banderole sous les applaudissements du public tous les 4 , et on a bien failli se casser la figure en se tenant par les épaules! j’espère qu’il n’y aura pas de photo finish ! 😕

On discute avec Jérome , il nous parle de sa mésaventure qu’il évoquera certainement dans son récit mais tout s’est bien fini pour lui, il a bouclé son raid comme tous les marcassins présents.
Bravo encore à Quentin et son coach Juan pour avoir bouclé le 65 😎

Un très grand cru que ce millésime 2013 , très heureux d’avoir fait partie de l’aventure, assurément un des plus grands évènements cyclistes auxquels j’ai participé.

trace sur http://connect.garmin.com/activity/372877774