Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • Anonyme
      Inactif
      Nombre d'articles : 540

      Bernard, Benjamin et Edouard (en TANDEM, ce qui n’a jamais été fait !!) se sont rendus, avec deux chti potes, à la MBRACE cette année.

      Un événement de dingue :
      70km -> 3000m de d+
      100km -> 5000m de +
      140km -> 7000m de d+

      Vitesse moyenne envisageable : autour de 10km au mieux !!

      Suite à qqs pépins physiques, je n’y suis pas allé.
      Bernard qui, a souffert de la chaleur (40°c au plus chaud de la journéee…) , est finisher du redoutable 70km.

      Voici le CR de Benjamin, que vous pourrez retrouver sur sa page FaceBook.

      «  Lors du dernier roc d’azur, Moi et Edouard Thoor nous avions décidé de se lancer le défi de réaliser la MB Race en TANDEM (objectif 140km). Édouard habitant loin de chez nous, les entraînements ensemble ont été peu nombreux (1 sortie dans le PDC, Reco MB Race, Roc Marathon des Alpes). Bref, arrivée vendredi 17h sur place, retrait des plaques avec Anthony Ryckembusch, Johan Cohet, installation de la tente et repas. Coucher à 22h30 difficile.

      Réveil à 4h45,petit déj, on se pointe à 5h35 pour le départ, les sas déjà bien rempli, on part au milieu de la seule vague. Nous prenons un bon départ, les premiers mètres de dénivelé ne se font pas attendre pour rejoindre le Chable à 1390m. Arrivé en haut mon genou gauche me fait mal, on entame la descente vers Cordon assez roulante avec des chemins assez roulants, on décide de ne pas faire le ravito ayant encore de quoi, on entame l’ascension du col du Jaillet (1723m), mon genou me fait de plus en plus mal, ascension faite, descente technique pour rejoindre la Giettaz, Edouard gère le pilotage parfaitement mais un passage étroit sur de l’ardoise humide fait partir la roue avant, nous chutons assez lourdement, Edouard tape le genou sur une pierre il reste au sol, rien pour moi, il me dit que ça va, on remonte sur le vélo après 2 min, le temps qu’il se remette.
      Une fois en bas, je décide d’avancer mon recul de selle qui fera disparaître ma douleur le temps qu’Edouard fasse soigner sa plaie au genou, on avale ce que l’on peux, remplissage des bidons et on se remet en selle, la montée du gâteau pour rejoindre la tête de Torraz (1930m)nous fait face, on tiens une bonne cadence sur cette ascension avant de redescendre jusqu’au col du Jaillet pour un nouveau ravito, on est étonné d’être devant nos amis Chti Potes (Anthony Ryckembusch et Johan Cohet).
      La descente pour rejoindre Combloux afin de boucler les 70km est très technique avec des singles parsemés de racines, Edouard gère toujours parfaitement le pilotage, on se parle beaucoup et tout passe sur le vélo. Arrivée à Combloux sous les commentaires du Speaker, le temps de squirter la chaîne bien sèche, Olivier Soulet ( Addictiv Cycles) nous prend en photo et on repart pour l’ascension du Mont Joux (1958m) avec un ravito au plateau de la croix, On attaque par une longue montée en bitume et je m’aperçois qu’Edouard n’est très bien (Début de fringale), on stoppe après une portion de chemin de racines où l’on pousse le vélo, je commence à me dire que le défi se compromet, je dis à Édouard de s’allonger à l’ombre et lui donne un tube puis une barre avec un bidon de boisson, il a du mal à manger mais arrive à tout engloutir. Après 10min de pause, on repart avec un rythme moyen le temps qu’Edouard récupère, 15min passent et on atteint le plateau de la croix, Édouard s’assoit, on s’alimente et l’on voit les Chti Potes arriver ( Antho n’est pas bien du tout, Johan va bien), on redémarre après eux, l’ascension est très difficile car l’assise nous fait mal à tous les deux on essaie de soulager en se levant chacun notre tour, on finit par atteindre le sommet où l’on fait une pause mais je vois qu’Edouard va mieux, on entame la descente avant de remonter vers le mont d’Arbois, descente rapide et roulante et Edouard est de retour (panneau 90km passé), tout se passe bien et la une crevaison arrière nous oblige à s’arrêter, on se met à l’ombre pour réparer mais les piqûres de taons sont insupportables, je me mets au soleil pour finir de gonfler. On repart après 5min à peine, la barrière horaire est encore à portée de main 16h04 pour 17h et 8km à faire. 2km plus bas intersection ou l’on doit prendre à gauche pour grimper jusqu’au mont d’Arbois, Edouard me prévient pour adapter le braquet, je passe le petit plateau, virage a gauche, et la CRAQUE la chaîne casse, le dérailleur fait un looping,se tord et la patte s’arrache du cadre. Impossible de réparer, un bénévole vient nous voir en nous disant que l’on peut rejoindre Megève rapidement, on se regarde et pas la peine de parler « pas moyen d’abonner » même si c terminer pour le 140km. On décide de pousser jusqu’en haut, on fait 200m et Edouard se rend compte que le dérailleur est rester en bas, il redescend (sans le retrouver) pendant que je continue en poussant. Il reste 300m à pousser lorsque qu’il me rejoint, dernière descente pour rejoindre Megève et être FINISHER du 100km. On remonte en selle et termine en se laissant couler roue libre, malgré la descente technique tout passe sur le vélo.
      On est accueilli par le speaker qui s’aperçoit de la panne, on lui explique et il nous félicite en nous disant tout de même que l’on est « barjo » mais on était déterminé. On boucle ce 100km avec 5500 de d+ en 11h18 avec un petit pincement au coeur tout de même car les 140 était possible.

      J’espère que l’on restera pas la dessus Édouard Thoor. « 

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.